Articles des Congrès

Les actes des congrès avant 2014 sont consultables en cliquant ici (si disponibles).

 

P18 - Evaluation quantitative des risques sanitaires associés à l'exposition environnementale par inhalation chronique de composés chimiques retrouvés dans les structures hospitalières, libérales et médico-sociales

A. COLAS (1,2), A. BAUDET (3), A. FLORENTIN (1,4)

1. CHRU-Nancy, Département Territorial d’hygiène et de prévention du risque infectieux, Nancy, France
2. Université de Lorraine, Faculté de Médecine, Département d’Hygiène, de Prévention des Risques Environnementaux et Associés aux Soins, Nancy, France
3. Faculté d’Odontologie de Lorraine, Université de Lorraine, Vandoeuvre-lès Nancy, France
4. Université de Lorraine, Faculté de Médecine, département DHREAS et APEMAC, équipe MICS, Nancy, France

[2022]

Vous devez être connecté et inscrit au congres pour télécharger ce document

Résumé

En milieu hospitalier, la maitrise de la qualité de l'air est un enjeu majeur, notamment dans le cadre de la prévention des infections associées aux soins. Mais en dehors du risque infectieux, la pollution de l'air, néfaste pour les individus, y est peu étudiée. A partir de précédentes campagnes de mesures ambiantes, l'objectif principal de ce travail était de mener une évaluation quantitative des risques sanitaires (EQRS) associés à l'exposition environnementale par inhalation chronique de composés chimiques retrouvés dans les structures hospitalières, libérales ou médico-sociales. La probabilité et la gravité des effets indésirables susceptibles de se produire était évaluée par le calcul du quotient de danger (QD) pour les effets déterministes ou de l'excès de risque individuel (ERI) pour les effets stochastiques. Les trois composés présentant les concentrations moyennes les plus élevées dans l'ensemble des structures étaient l'éthanol (358,7 µg/m3), l'isopropanol (27,4 µg/m3) et l'acétone (26,3 µg/m3). Les concentrations des différents polluants mesurées dans les structures libérales et médico-sociale étaient supérieures à celles mesurées dans les structures hospitalières, en lien avec un système de traitement de l'air plus optimal à l'hôpital. Aucun QD n'était supérieur à 1 et seules 3 molécules présentaient un QD au-delà de 0,1. Seuls les ERI du formaldéhyde en milieu libéral et médico-social étaient supérieurs à 1.10-5 avec une valeur maximale de 3,8.10-5 pour les médecins généralistes. A l'exception du formaldéhyde, le risque sanitaire pour l'inhalation chronique des composés investigués ne semble pas préoccupant. Néanmoins, certaines valeurs ont tendance à s'approcher des seuils d'acceptabilité justifiant une réflexion sur la mise en place d'actions correctives, notamment l'implantation de systèmes de ventilation, absents de la majorité des cabinets libéraux ici investigués.


Mots clés

qualité de l'air intérieur, composés organiques, évaluation du risque sanitaire

Abstract

In hospitals, indoor air quality is a major issue, particularly in the field of infection control and prevention. But apart from the risk of infection, air pollution, is little studied. In order to assess levels of pollution in these environments. From previous environmental measurement campaigns, the main objective of this work was to conduct a quantitative health risk assessment of the chronic inhalation of chemical compounds found in hospital and in medical-social and liberal facilities. Chemical compounds retrieved at the highest median concentration and frequencies were ethanol (358,7 µg/m3), isopropanol (27,4 µg/m3) and acetone (26,3 µg/m3). The concentrations of the various pollutants measured in medical-social and liberal facilities were generally higher than those measured in hospitals. No HQ was greater than 1 and only 3 compounds had a QD above 0.1. Only formaldehyde EIR in medical-social and liberal facilities were greater than 1.10-5 with a maximum value of 3.8.10-5 for general practitioners. With the exception of formaldehyde, the health risk for chronic inhalation of the compounds investigated does not appear to be of concern. Nevertheless, some values tend to approach the acceptability thresholds justifying a reflection on the implementation of corrective actions like the installation of ventilation systems, absent from the majority of the liberal practices here investigated.


Keywords

indoor air quality, organic compounds, risk assessment

DOI

10.25576/ASFERA-CFA2022-27903

<< Mon compte personnel Conditions Générales d'Utilisation >>
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.